Cantine Le Myrha

Une nouvelle cantine bio et végé-friendly a ouvert il y a quelques semaines dans un quartier hyper attachant et en pleine effervescence : la Goutte d’Or. J’ai envie d’en parler ici parce que, même si le coin compte de chouettes adresses authentiques, il n’est guère évident d’y déjeuner ou d’y dîner végétarien ou végane.

20170128_135004

Le bol végane servi aujourd’hui au Myrha : riz, légumes verts, potiron, polenta grillée à la tomate, graines de sésame et sauce à la coriandre (précédé d’une petite soupe de lentilles brunes et légumes verts, avec une citronade au gingembre, le tout pour 10 euros !).

Le Myrha est situé au numéro 70 de la rue du même nom. Une rue populaire du dix-huitième arrondissement où fleurissent désormais de nouveaux lieux (un vrai coup de coeur, par exemple, la librairie La Régulière, où on aime siroter un café et croquer un cookie tout en repartant avec le « 18e du mois » et quelques bouquins sous le bras) ; une rue aussi dont il faut espérer qu’elle parvienne à une véritable mixité culturelle et sociale qui ne soit pas un vain mot. En tout cas, si l’on aime à penser que les préoccupations des « bobos » (pour le dire comme ça, et dans ma bouche ce terme n’est pas une insulte – se déplacer à vélo ou manger bio ne sont pas les pires crimes après tout…) ne vont pas contre l’intérêt des classes plus modestes, mais que tous peuvent s’y rejoindre, le Myrha est un de ces lieux qui donnent envie d’y croire.

Cette cantine, Le Myrha donc, nous en attendions avec impatience l’ouverture annoncée. On fréquentait depuis longtemps déjà son grand frère Le Bichat, son joli décor coloré et ses bols de riz + légumes crus et cuits + légumineuses, accompagnés de soupes maison parfumées, de citronades au gingembre et de parts de gâteau vegan trèèès chocolaté, le tout pour un prix archi-raisonnable. On aimait (et en aime encore) ce restaurant monté par Augustin Legrand pour contribuer à combattre la « malbouffe », montrer qu’il est possible à tous de manger un repas complet, bio, maison, qui ne soit pas hors de prix (voir par exemple cet article) ; mais, à vrai dire, à m’y voir toujours entourée de mes alter ego,   de trentenaires et quarantenaires sociologiquement proches de moi (en même temps, je n’ai pas mené d’enquête, hein…), la question restait : pourrait-on attirer une population plus diverse dans un tel lieu dont je pense profondément qu’il ne devrait pas nous être réservé (et qui – je le redis – fait en sorte de ne pas l’être, par ses prix du moins…) ?

En tout cas, à la Cantine Le Myrha, si le principe est sensiblement le même qu’au Bichat, les prix sont encore plus raisonnables !

– Le plat du jour à 6 euros est un grand bol de riz recouvert de légumes et éventuellement de légumineuses, auxquels on ajoute, au choix, de la polenta grillée (super bonne), des oeufs, de la viande ou du poisson (on peut donc choisir, à chaque fois, entre la version carnivore, végétarienne ou végane).
– Les entrées (soupe ou crudité) et les desserts sont à 3 euros.
– Et pour 10 euros, on a une formule comprenant plat + entrée ou dessert + boisson (par exemple, une limonade maison ou un café ).

Tout ça pour du frais et du bio, dans une salle gaie et lumineuse, c’est assez imbattable.

20170114_140215-1

Justement, la salle : j’aime qu’elle soit ce grand angle ‘vivant’ (si j’ose ce jeu de mot un peu nul) au carrefour de la rue Myrha et de la rue des Poissonniers, dont les immenses baies vitrées laissent entrer non seulement la lumière, à flots quand il fait beau, mais, surtout, un petit bout de l’ambiance du quartier. J’aime que le lieu ne soit pas coupé de la ville, que les partisans d’une nourriture bio et, s’ils le veulent, végéta*ienne, ne soient pas retranchés ‘entre eux’, derrière des murs d’un blanc immaculé, de papiers peints vintage ou de briques apparentes ; qu’ils ne soient pas à l’écart de la rue populaire et animée où s’est installée cette cantine éminemment sympathique.

20170128_140939

La grande réussite du Myrha serait alors d’attirer une population véritablement variée, moins homogène que celle qui fréquente les petits cafés bio et végés-friendly que  personnellement j’affectionne tant. J’ai envie de croire que cela est tout à fait possible ! En attendant, réjouissons-nous de l’ouverture de cette « cantine » pour découvrir et savourer toujours plus la Goutte d’Or.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s